7 nouvelles expositions au Musée national des beaux-arts du Québec
Marina du Vieux-Port de Québec - Québec Ville et Région
Fermer

Communiquez avec nos experts de la destination!

7 nouvelles expositions au Musée national des beaux-arts du Québec

14 janvier 2011

Untitled Document
Québec, le mercredi 12 janvier 2011 - Le chantier de construction du nouveau pavillon va s'amorcer au printemps 2011, mais le Musée national des beaux-arts du Québec n'en continue pas moins de surprendre son public par des expositions enlevantes. Celles de l'année 2011 s'organisent autour de trois grands axes : l'art et la création vestimentaire, l'automne de la photo et l'art du Québec.

L'ART ET LA CRÉATION VESTIMENTAIRE SE RENCONTRENT AU MUSÉE


En 2010, le MNBAQ présentait pour la première fois de son histoire une exposition sur la haute couture. Cette exposition avait suscité de nombreuses questions sur la place de la mode au Musée, sur le rapport entre l'art et la mode. En 2011, le Musée va plus loin dans cette interrogation puisqu'il présentera une série d'expositions où la création vestimentaire se retrouve véritablement sur les territoires de l'art.

La première de ces rencontres sera spectaculaire ! Il s'agit de notre grande exposition d'été, Les Ballets russes de Diaghilev. Quand l'art danse avec la musique, une production du Victoria and Albert Museum de Londres, présentée du 9 juin au 5 septembre 2011. Le rêve d'un art total qui fut longtemps celui des avant-gardes s'est, entre autres, matérialisé dans les productions des Ballets russes de Serge Diaghilev, qui a eu l'audace d'associer aux plus grands danseurs et musiciens de son époque des créateurs d'avant-garde, tels Picasso, Braque, De Chirico, Gontcharova, Larionov, Bakst et Coco Chanel, pour créer les costumes et les décors de ses ballets. Pour la première fois, le public québécois pourra admirer plusieurs de ces créations vestimentaires audacieuses, esquisses de décors et affiches étonnantes, toutes créées pour les Ballets russes. Des extraits des performances et des musiques exceptionnelles qui ont donné leur âme aux Ballets russes accompagneront ces extraordinaires costumes, accessoires et affiches. Une expérience d'art total jusqu'ici inédite au Québec.

À l'été également, l'exposition Ying Gao : art, mode et technologie, à l'affiche du 9 juin au 28 août, conjuguera d'une manière différente le rapport de l'art et de la mode en présentant non pas une collection de prêt-à-porter, mais bien les créations expérimentales de cette designer de mode qui interroge à travers le vêtement les enjeux d'une société contemporaine éclatée et technologique.

À l'automne, c'est sur le terrain de la photographie que l'art rencontrera la mode, avec l'exposition Steichen. Glamour, mode et célébrités. Les années Condé Nast, 1923-1937, présentée du 27 octobre 2011 au 5 février 2012. Edward Steichen, qui a marqué l'histoire de la pratique photographique moderne, a également été photographe en chef de Vogue et de Vanity Fair, magazines du Groupe Condé Nast. C'est dans ce contexte qu'il réalise nombre de photographies de mode et portraits de gens célèbres qui portent la marque de son immense talent. Une découverte !

Enfin, l'art québécois viendra, en 2012, clore ce cycle des rendez-vous entre l'art et la création vestimentaire par une grande exposition sur la mode et l'élégance telles que vues par les peintres québécois de 1875 à 1945. Aux nombreuses surprises que nous réserve cette exposition, s'ajouteront aussi celles de créations inédites que certains designers de mode du Québec nous réservent alors qu'ils s'inspireront, pour réaliser un vêtement, d'oeuvres de la collection du MNBAQ.

L'AUTOMNE DE LA PHOTO


Si Montréal a le Mois de la Photo, le Musée national des beaux-arts du Québec aura, en 2011, son automne de la photo ! En octobre s'ouvriront trois expositions qui abordent la pratique photographique sous trois angles et trois périodes historiques différents.

L'avènement de la photographie au XIXe siècle a eu des incidences majeures quant au développement de l'art moderne. Au coeur de la démarche impressionniste, notamment celle d'un Degas, d'un Manet ou d'un Gustave Caillebotte, il y a cette problématique du déplacement de l'oeil de l'artiste. ?il en mouvement, qui se déplace dans le monde qui lui est contemporain, qui recadre, de manière inédite jusque-là, les scènes d'intérieur, les rues de Paris, les paysages. Souvent, l'oeil du peintre rejoint celui du photographe moderne. C'est donc dire à quel point il est heureux de pouvoir réunir en une même grande exposition les tableaux d'un peintre, Gustave Caillebotte, et les oeuvres d'un photographe, Martial Caillebotte, deux frères qui vécurent cette aventure impressionniste qui a modifié si profondément la nature du regard artistique. Fruit d'une collaboration avec le Musée Jacquemart-André, l'exposition Dans l'intimité des frères Caillebotte. Peintre et photographe sera présentée à Québec du 6 octobre 2011 au 8 janvier 2012, après l'avoir été à Paris au début de 2011.

Enfin, la photographie contemporaine québécoise sera en vedette, du 27 octobre 2011 au 15 avril 2012, dans Le cabinet d'images. La commissaire invitée, Marie-Josée Jean, directrice de VOX image contemporaine et directrice artistique des 6e et 7e Mois de la Photo à Montréal, réalisera à partir d'oeuvres de la collection du MNBAQ une exposition qui sera, sans nul doute, des plus inspirantes.

AU COEUR DE NOTRE MISSION : L'ART DU QUÉBEC


Comme toujours, l'art d'ici ne sera pas en reste, tant dans sa dimension historique, moderne que contemporaine. Du 10 février au 8 mai 2011, la grande rétrospective Marc-Aurèle Fortin. L'expérience de la couleur viendra compléter l'exploration des grands paysagistes modernes du Québec que le Musée national des beaux-arts du Québec a entrepris il y a quelques années, notamment avec les expositions Clarence Gagnon. Rêver le paysage (2006) et Suzor-Coté. Lumière et matière (2002-2003). Une importante publication fera le point sur la biographie de Fortin de même que sur le paradoxe de cet artiste qui refusait le qualificatif de moderne, mais qui donnait à voir un art souvent plus radical par ses formes et par son travail de la couleur que bien de ses contemporains.

L'exposition Napoléon Bourassa. La quête de l'idéal, présentée du 5 mai 2011 au 1er avril 2012, mettra pour sa part en lumière une grande figure de l'histoire de l'art au XIXe siècle. Les oeuvres de Bourassa s'inscrivent aussi bien dans la décoration d'églises que dans la peinture historique. Ses portraits comme ses scènes de genre sont dignes de la grande tradition académique, et l'exposition permettra de découvrir ses remarquables talents de dessinateur. Membre d'une lignée qui a marqué l'histoire politique et intellectuelle du Québec – son beau-père est Louis-Joseph Papineau, et son fils, Henri Bourassa – Napoléon Bourassa méritait que le Musée lui consacre non seulement une exposition rétrospective, mais également le second ouvrage de sa collection « Arts du Québec ».

Après l'exposition Chimère/Shimmer qui se termine en avril 2011, c'est la collection de photographies contemporaines du Musée qui, à l'automne, prendra le devant de la scène en art actuel avec Le cabinet d'images.

RAYONNER HORS LES MURS : LA COLLECTION DU MNBAQ VA VERS LES GENS


Le mandat du Musée national des beaux-arts du Québec est aussi d'assurer le rayonnement de l'art du Québec hors ses murs. Pour ce faire, la très riche collection du MNBAQ est mise à contribution, notamment par des expositions itinérantes comme Coiffures et parures au Québec. Portraits de femmes. 1790-1860 (au Centre national d'exposition à Saguenay, du 30 janvier au 10 avril, et à la Robert McLaughlin Art Gallery à Oshawa, Ontario, du 7 au 26 juin) ou Pellan (au Musée minéralogique et minier de Thetford Mines, du 5 février au 24 avril, puis au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, du 19 juin au 11 septembre), qui continuent le périple qu'elles avaient déjà commencé.

Une nouvelle venue, Impressionnisme ? ?uvres choisies de la collection du Musée national des beaux-arts du Québec, vient à point nommé compléter la présentation sur les frères Caillebotte au MNBAQ en s'interrogeant sur la présence de l'impressionnisme dans les oeuvres québécoises (au Centre d'exposition d'Amos, du 25 mars au 5 juin, et au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, du 18 juin au 2 octobre).

Enfin, la rétrospective Marc-Aurèle Fortin. L'expérience de la couleur partira aussi en tournée, après sa présentation à Québec (au McMichael Canadian Art Collection, Kleinburg (Ontario), du 28 mai au 11 septembre).

Pour en savoir plus sur les expositions, suivez ce lien

Sources :   n.a.

Point d'intéret principal