Texte Histoire et Patrimoine
Campagne hiver 2013 - Canada/USA - Québec Ville et Région

Ici, l'histoire est belle

Certaines destinations exaltent tout simplement l'imagination. Évoquant l'émerveillement et la découverte, on se les représente animées, chaleureuses et accueillantes. Mais peu d'entre elles le font aussi naturellement que Québec, ville fortifiée sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Le visiteur est assuré d'y trouver un mariage parfait d'attraits et d'activités.

Situation géographique

La nature s'est montrée généreuse envers Québec. Qui dit Québec dit fleuve Saint-Laurent, qui en amont irrigue Montréal et se resserre dans l'étau formé par les falaises de Québec et de Lévis pour ensuite s'écouler avec majesté jusqu'à l'Atlantique. Cette kyrielle d'éléments géographiques s'ajoute sans contredit à l'attrait visuel de la région.

Au cœur de la vallée du Saint-Laurent, Québec est divisée en deux parties distinctes : l'une haute perchée sur le promontoire surplombant le fleuve, l'autre épousant les rives ayant accueilli les tout premiers colons.

Le Vieux-Québec

La ville à elle seule regorge d'attraits. Berceau de la civilisation française en Amérique du Nord, le secteur historique du Vieux-Québec est sans aucun doute le plus connu. Cet enchevêtrement de rues sinueuses et de places animées a pris naissance il y a plus de 400 ans, lorsque l'explorateur français Samuel de Champlain fonda la ville.

Aujourd'hui, le Vieux-Québec est réputé à travers le monde pour son charme à saveur européenne et pour sa beauté architecturale bien préservée. Les boutiques et cafés sympathiques se succèdent le long des petites rues, les calèches déambulent au rythme régulier des sabots, les musiciens de rue font la cour aux passants tandis que les promeneurs admirent la vue que leur offre la promenade aménagée en bordure de la falaise.

L'arrondissement tout entier — qu'on découvre le mieux à pied — est un véritable livre d'histoire vivant, se racontant à chaque jardin, à chaque immeuble, à chaque coin de rue. En 1985, l'UNESCO a reconnu son immense valeur historique en le déclarant « joyau du patrimoine mondial ».

Des siècles de rencontres

Au fil des siècles, voire des millénaires, Québec a établi des liens privilégiés avec divers peuples et nations du monde entier. Ces rencontres en tous genres ont particulièrement eu lieu avec :

  • Les Premières Nations, toujours présentes dans la région de Québec, ont foulé le site les premières, avant que la grande rencontre avec les Européens ne bouleverse entièrement leur univers.
  • La France, première source d'immigration européenne vers Québec, pays d'où partent les fondateurs de Québec et de la Nouvelle-France.
  • Les Îles britanniques, qui deviennent la nouvelle autorité politique dont relève Québec à partir de 1763 et d'où provient une vaste immigration vers l'ensemble du continent nord-américain, avec un apport particulier des Irlandais dans la région de Québec.
  • Les États-Unis, voisins immédiats, d'abord rivaux, puis alliés, puis partenaires essentiels de la vitalité économique de Québec, du Québec et du Canada.

Les années 1600 : un lieu de rencontres millénaire

L'attrait naturel et le caractère stratégique du site, au confluent de plusieurs rivières importantes, font de « Kébec » (là où le fleuve se rétrécit, en langue amérindienne) un lieu de rassemblement régulièrement fréquenté par les Premières Nations pendant des millénaires. Plusieurs cultures, riches et distinctes, bénéficient de réseaux commerciaux et de liens politiques qui s'étendent jusqu'au coeur du continent. Quand Jacques Cartier remonte le fleuve, en 1535, il trouve non loin du cap Diamant le village de Stadaconé, où la population iroquoienne pratique l'agriculture et la pêche. Un siècle plus tard, ce sont plutôt des nomades algonquins qui utilisent le futur site de Québec. Encore aujourd'hui, une réserve huronne, Wendake, co-habite au sein des limites de la ville, au grand plaisir des visiteurs curieux de découvrir la cuisine traditionnelle amérindienne et une culture ancestrale unique.

La fondation

Quand Samuel de Champlain débarque au pied du cap Diamant, le 3 juillet 1608, le village rencontré autrefois par Cartier a disparu. Fort d'une alliance établie en 1603 avec les Algonquins, l'explorateur a le champ libre pour construire son « abitation ». Cet ensemble d'édifices entouré d'une palissade constituera la base de la petite bourgade qui prend forme lentement au cours des décennies suivantes, environ à la même époque où les pionniers britanniques s'établirent en Virginie. Au milieu du 17e siècle, Québec ne compte encore que quelques centaines d'habitants. L'essor commence vraiment en 1663, avec la reprise en main de la colonie par le roi de France et la nomination de Jean Talon à titre d'intendant de la colonie. À la fin du Régime français, Québec, chef-lieu économique, religieux, militaire et politique de la Nouvelle-France, compte plus de 7 000 habitants.

Les années 1700 : changement de couronne

Le 13 septembre 1759, la bataille des plaines d'Abraham — aujourd'hui aménagées en parc urbain — donne la victoire aux troupes britanniques et met fin au siège de Québec. La Nouvelle-France se rend définitivement aux troupes anglaises l'année suivante et le Traité de Paris, en 1763, cède la colonie à la couronne britannique. Québec devient alors la capitale de la Province of Québec et un port d'entrée important de l'Amérique du Nord britannique. Un cadre politique prend forme pour baliser la relation entre la population canadienne française et catholique et ses nouveaux dirigeants britanniques et protestants, notamment avec l'adoption de l'Acte de Québec, en 1774, puis de l'Acte constitutionnel, en 1791, qui crée la première assemblée législative au sein d'une colonie britannique. C'est sous le règne britannique que les fortifications actuelles de Québec furent construites, dans le but de protéger la ville contre toute attaque des Américains. Aujourd'hui, Québec demeure la seule ville fortifiée au nord de Mexico.

Les années 1800 : Québec, porte d'entrée de l'Amérique

Au début du 19e siècle, Québec connaît un essor remarquable grâce à la construction navale, au commerce maritime et à l'immigration. La ville, dont la population se multiplie par cinq au cours de la période (de 8 968 en 1805 à 45 940 en 1851), devient alors le troisième port d'Amérique du Nord, derrière New York et la Nouvelle-Orléans. À partir des années 1830, quelque 30 000 immigrants y débarquent chaque année pour se disperser un peu partout au Canada et en Amérique.

En 1867, c'est la naissance de la Confédération canadienne. Nommée capitale du Québec, la ville se développa peu à peu jusqu'à devenir un important centre commercial et culturel. Ce nouveau statut ne peut toutefois prévenir un certain déclin économique avec la chute des exportations de bois et de la construction navale, ni contrer le vide créé, en 1871, par le départ définitif de la garnison britannique de la Citadelle. La ville s'embellit toutefois avec la construction d'édifices de prestige comme l'Hôtel du Parlement, l'Hôtel de Ville et le Château Frontenac. À noter, Québec est la seule province majoritairement francophone au Canada.

Les années 1900 : le quatrième siècle

Le début du 20e siècle marque une reprise de la croissance. Les activités industrielles et manufacturières se développent considérablement dans les quartiers de la Basse-Ville. Moderne, la ville a ses tramways, ses grands magasins, ses banlieues en expansion. La croissance rapide de l'administration publique, à partir des années 1960, contribue fortement au développement de la capitale, dont les quartiers centraux se transforment considérablement. Québec prend son visage actuel : une capitale administrative et politique dotée d'un important secteur de services et d'activités significatives de recherche et de développement, une ville de culture devenue le lieu de rendez-vous des visiteurs du monde entier.

La capitale et le monde

En 1908, Québec célèbre son tricentenaire avec de vastes reconstitutions historiques et des défilés où 18 000 soldats britanniques, français, américains et canadiens défilent en amis, là même où ils s'étaient auparavant battus. Ces rencontres d'alliés se poursuivent en 1943 et 1944, quand le président américain Franklin D. Roosevelt et le premier ministre britannique Winston Churchill prennent part aux Conférences de Québec. En 1945, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) est fondée dans la capitale québécoise. Depuis, Québec a régulièrement été l'hôte d'importantes rencontres internationales comme le deuxième Sommet de la Francophonie, en 1987, et le Sommet des Amériques, en 2001. Québec a également été l'hôte du douzième Sommet de la Francophonie en octobre 2008.

En 2008, Québec a pris le temps d'observer le vaste panorama que les siècles ont tracé. L'évolution du peuplement, de la culture, de l'économie, de la vie politique et de la vie urbaine ont toutes trouvé leur place dans la commémoration des fêtes du 400e anniversaire de la ville, tant pour souligner le passé que pour éclairer le présent et le futur. Depuis, toute la région a le vent dans les voiles et prépare activement son avenir afin qu'il soit aussi grandiose que son histoire.

Point d'intéret principal